La sémantique avec Mr.LMNAOUAR/La 1ère séance

شارك Share Partager

LA SÉMANTIQUE
  « La sémantique, ou comment s’en débarrasser » : jusqu’à une époque récente, l’étude du sens était volontiers considérée comme constituant pour la linguistique une sorte de rejeton indésirable, au nom sans doute de ce réalisme naïf « qui porte à ignorer tout ce qui ne peut pas se montrer ou se toucher du doigt » (Pierre Bourdieu). Or le sens, dissimulé sous son enveloppe signifiante, ne se voit pas. Mais il n’en est pas moins, pour les sujets parlants, une donnée immédiate et fondamentale de l’expérience quotidienne. Si l’on admet que la linguistique a pour objectif d’expliciter toutes les intuitions que les locuteurs ont sur leur langue, la sémantique en fait donc partie à l’égal de la phonologie ou de la syntaxe – et même plus encore. Car le signifié n’est pas seulement la moitié du signe, c’est ce qui justifie l’existence du signifiant (cependant que le signifiant ne fait que permettre l’actualisation du signifié) : dans le langage, nous dit André Martinet, les formes et les structures ne sont qu’un moyen, tandis que la transmission des significations est une fin ; et Benveniste déclare semblablement : « Que la langue signifie, cela veut dire que la signification n’est pas quelque chose qui lui est donné par surcroît : c’est son être même. » Bref, « on ne peut longtemps jouer à cache-cache avec la signification » (Roman Jakobson), et il est proprement insensé de prétendre décrire le fonctionnement du langage sans prendre en compte le sens. Pas de linguistique sans sémantique, si l’on définit celle-ci comme la discipline ayant pour objet la description du sens des mots, des phrases et des discours produits en langue naturelle.
Ø Précisons qu’il sera ici question de sémantique linguistique exclusivement, mais que la sémantique peut être aussi « logique », « philosophique », ou relever de quelque autre domaine de la sémiologie. Car les énoncés verbaux n’ont pas le monopole de la fonction significative : un geste ou une mimique, un marquage sur la chaussée, des nuages dans le ciel, une œuvre picturale ou musicale, et bien d’autres choses encore, peuvent aussi faire sens.

Comment saisir  le sens global ?
·        On ne peut pas passer au sens général d’une phrase sans passer à chaque sens de mots de phrase pour orienter le sens vers une idée spécifiée , le conditionner et le contextualiser  vers un sens bien défini c’est une manipulation de sens par des moyens pour reconstituer le sens pour servir une intention
Exemple : Disert : un homme disert (adj : inhabité) et disert Sahara
·        Si on fait un rapprochement entre le mot et l’objet, la référence … c’est plus qu’on peut abréhender le sens
Si le renvoie de mot à l’objet ne se fait pas par  L’association entre l’objet et le concept l’énoncée sera incompréhensible
·        Il faut décortiquer l’énoncée et savoir quel est le sens de chaque élément de cette phrase
Exemple :
Le facteur m’a remit la lettre

 (le facteur, remettre, le lettre) ainsi on règle le problème d’ambigüité, équivoque, mal entendu… on doit habile au choix des mots.

Le sens global :
Est la  restructuration (reconstitution)  de sens de plusieurs composantes sémantiques, psychologique, sociologique selon :
Démarche  interdisciplinaire : plusieurs disciplines qui interviennent pour appréhender le sens
Démarche intra phrastique : l’objet d’analyse est trop restreins : sémantique lexicale égale analyse des mots simples  pour appréhender le sens général d’une phrase.
On appliquant les règles combinatoires et langagières :
·        Langue et parole : (impossible d’établir une théorie individuelle (2 composantes)
Langage : faculté de s’exprimer
·        Signifiant et signifié : pile et face d’un seul monnaies
·        Diachronie (dans) # synchronie (avec)
Boucher : sens de viande boc# sens d’aujourd’hui
Couvre chef : sens 1 la tête ; sens 2 : commandant
·        Dimension pragmatique : l’usage de mot en action
·        Lexicologie et  sémantique : (mot dans le contexte)
·        Forme/ sens : Si la forme change le sens change
Vénérer : aimer, adorer, (interprétation : sens préférentiel on n’est pas à l’abri de subjectivité) 
Finalement on est face à une approche Logico-mathématique
span>Il faut décortiquer l’énoncée et savoir quel est le sens de chaque élément de cette phrase

Exemple :
Le facteur m’a remit la lettre

 (le facteur, remettre, le lettre) ainsi on règle le problème d’ambigüité, équivoque, mal entendu… on doit habile au choix des mots

شارك Share Partager

Laisser un commentaire