[S3 MORPHOSYNTAXE] Représentations formelles de la phrase

شارك Share Partager

TELECHARGER PDF COURS COMPLET A LA FIN DE L’ARTICLE

 

I Les catégories morphosyntaxiques

Leur nombre de catégories morphosyntaxiques est réduit par rapport aux catégories grammaticales classiques. Elles correspondent à des classes distributionnelles, c’est à dire à la place qu’elles occupent dans la phrase, sur l’axe syntagmatique. Dépendamment de son voisinage, chaque élément peut commuter avec un autre élément de la même catégorie.

Catégories morphosyntaxiques Parties du discours classiques
Noms

N

noms
Verbes

V

verbes
Déterminants

D

articles, adjectifs démonstratifs, adjectifs possessifs, adjectifs cardinaux, adjectifs ordinaux, adjectifs interrogatifs, adjectifs indéfinis, adjectifs exclamatifs
Pronom

pro

pronoms personnels, pronoms relatifs, pronoms possessifs, pronoms démonstratifs, pronoms interrogatifs
Adjectifs

A

adjectifs qualificatifs
Adverbes

Adv

adverbes
Prépositions

P

prépositions
Conjonctions

C

conjonctions

II Représentations de la phrase

Diverses formes de schématisation de la phrase ont été utilisées par les linguistes formels.

Le linguiste Charles F. Hockett a commencé par proposer d’utiliser une boîte :

 

La fillette regardait le chat
La fillette regardait le chat
la fillette regardait le chat
la fill- ette regard- ait le chat

(Notons que le constituant le plus bas dans la hiérarchie de Hockett n’est pas la catégorie mais le morpheme.)

Il est toutefois plus fréquent dans la tradition de N. Chomsky d’utiliser un parenthésage.

[Ph[SN [Dét la] [N fillette]][SV [V regardait] [SN[Dét le] [N chat]]]]

 

 

III Indicateur syntagmatique

Le représentation la plus employée est, sans aucun doute, celle de l’arbre syntaxique, communément appelé indicateur syntagmatique.

Un arbre est constitué de branches et de noeuds:

IV Analyse en constituants immédiats

Selon une analyse issue de la tradition distributionnaliste, chaque syntagme représente un groupe de constituants situés par rapport à un élément central. Le constituant étant l’élément qui entre dans la constitution d’un groupe.

A. Le syntagme nominal : SN

  • Le syntagme nominal est constitué en premier lieu d’un noyau nominal qui apparaît seul dans le cas de noms propres ou de pronoms :

SN
 |
N
|
Jean
Elle
 

  • Ce noyau peut être accompagné d’un déterminant dans le cas des noms communs :

B. Le syntagme verbal: SV

Le syntagme verbal se constitue d’abord d’un noyau verbal :

  V
  |

mange
a fini
partira
Il peut également y avoir des expansions aux groupe verbal (SN, SP, SAdv, SA, proposition relative)

C. Le syntagme prépositionnel : SP

  • la phrase :

 

  • mais aussi du syntagme nominal ou du syntagme verbal :

 

 

  • et parfois du syntagme adjectival :

 

 

 

 

  • ou du syntagme adverbial :

 

 

 
 

D. Le syntagme adverbial : SAdv

Le syntagme adverbial permet une expansion :

  • du verbe

 

  • de la phrase

 

E. Le syntagme adjectival : SA

  • expansion du syntagme nominal

 

 

  • expansion du syntagme verbal

 

V Règles de réécriture

Au lieu d’une analyse des constituants par la décomposition de chaque phrase d’un corpus, Chomsky propose des règles universelles permettant de générer un infinité de phrases à partir d’un nombre fini d’éléments :

Ph –> (SP) SN SV (SP)

SN –> (Dét) N (SP) (SA)
SN –> (SN) (SP) : complément du nom

SV –> (AUX) V (SN) (SP) (SA) (SAdv)

SP –> Prép SN

SA –> (SAdv) A (SP)

SAdv –> (SAdv) Adv

N –> Pro

les éléments entre parenthèses sont facultatifs

VI Les phrases ambiguës

Les indicateurs syntagmatiques permettent la distinction entre des phrases de même structure mais sont syntaxiquement et sémantiquement différentes:

L’artiste peint la nuit

peut signifier que l’artiste peint un tableau dont le sujet est la nuit ou qu’il peint pendant la nuit. Nous pouvons alors avoir les deux représentations suivantes :

 

VII La phrase globale

La phrase dans sa globalité que l’on représente par (sigma) se constitue d’un type T et d’un matériau Ph.

 –> T, Ph

Le type T comprend

  • le mode M (indicatif, interrogatif, impératif…)
  • la voix Vo (active, passive…)
  • la polarité Po (positive, négative)

La phrase globale sera donc représentée ainsi :

 

VIII Les transformations

Les transformations consistent en en jeu sur le type T, autrement dit sur les modalités phrastiques Mo, les polarités Po et la voix Vo.

En partant d’une phrase de base comme :

Pierre apprécie ce livre

on peut faire un certain nombre de transformations :

  • Transformation interrogative : 

    Est-ce que Pierre apprécie ce livre ?

  • Transformation passive : 

    Ce livre est apprécié par Pierre.

 

  • Transformation négative : 

    Pierre n’apprécie pas ce livre.

 

Les transformations peuvent se faire par le biais de diverses manipulations morphosyntaxiques :

  • Addition
    Je pars / je ne pars pas (Transformation négative)

 

  • Déplacement
    Tu viens / viens-tu ? (Transformation interrogative)

 

  • Substitution
    Pierre parle à Marie et Marie parle à Pierre / Ils se parlent (Transformation pronominale)

 

  • Effacement
    Tu sors / # Sors (Transformation impérative)

 

Il faut préciser que le principe de la transformation a été abandonné dans les dernière théories génératives proposées par Chomsky.

IX La coordination et la relativisation

  • coordination

La coordination peut se faire au niveau :

    • du groupe nominal
    • ou de la phrase
    • On ne coordonne pas les verbes au niveau du groupe verbal mais à celui de la phrase, car chaque fois qu’on a un nouveau verbe on a une nouvelle phrase.
  • relativation 

    La relativisation se fait à partir du syntagme nominal :

ICI TELECHARGEMENT
Representations-formelles-de-la-phrase

شارك Share Partager

Laisser un commentaire